lord R'Hoone.
CLOTILDE DE LUSIGNAN, OU LE BEAU JUIF
Manuscrit trouvé dans les archives de Provence

lord R'Hoone / Clotilde de Lusignan, ou Le Beau Juif / Paris; Hubert Libr.; 1822

TOME QUATRIÈME

NOTES
DES Ier., IIe., IIIe. et IVe. VOLUMES.



{Hu 290} NOTE PREMIÈRE.



JE dois donner des renseignemens exacts sur les héros et les faits historiques qui forment la base de cet ouvrage, car bien des personnes pourraient croire qu'ils sont imaginaires ou crayonnés à dessein pour représenter des personnages du temps présent.

Le roi Jean II est effectivement le dernier des rois de Chypre et de Jérusalem, l'augustule des empires créés par les croisades. Voici l'époque de la fondation du royaume de Chypre.

{Hu 291} Lorsque la grande croisade, suscitée par Richard-Cœur-de-Lion et Philippe-Auguste, eut lieu, le trône de Jérusalem, fondé par Godefroi-de-Bouillon, était vacant. Deux compétiteurs se présentaient. L'un, Guy-de Lusignan, comte d'Ascalon et de Joppé, se prétendait roi par Sybille de Montferrat, sœur de Baudoin IV. L'autre était Henri, comte de Champagne, qui avait épousé Isabelle, deuxième fille d'Amaury Ier., un des premiers rois de la Terre-Sainte.

Ce dernier l'emporta. Mais Richard-Cœur-de-Lion, qui soutenait Guy-de-Lusignan, le couronna roi de Chypre, après avoir tué Isaac Comnène, dernier roi latin de cette île. Quelques auteurs prétendent que Richard-Cœur-de-Lion vendit cette couronne. Je laisse à deviner quelle est la véritable version.

Ainsi, Guy-de-Lusignan fut, en 1192, {Hu 292} le premier roi de Chypre. Voici la liste de tous les rois qui réunirent souvent le trône de la Judée à celui de la Chypre:
    Amaury, 1194.
    Hugues, 1205.
    Henri Ier., 1219.
    Hugues II, 1253.
    Hugues-le-Grand, 1267.
    Jean Ier., 1284.
    Henri II, 1285.
    Hugues IV, 1324.
    Petrin, 1369.
    Jacques, 1382.
    Janus, 1398.
    Auquel notre roi Jean II succéda en 1432.

Ce fut en 1439 que les Vénitiens firent la conquête de la Chypre, sous le doge Foscari. On ne sait où se réfugia le roi Jean II, qui, alors, n'avait plus pour héritier qu'une fille.

{Hu 293} En 1458, Charlotte et Louis de Savoie furent reconnus, en Europe seulement, rois de Chypre, car en 1459 le soudan d'Égypte s'en empara.

Mais en 1464 Jacques II fut rétabli. Ce Jacques II était la postérité de la fille de Jean II.

En 1473, Jacques III lui succéda, et en 1489, les Vénitiens rentrèrent dans la possession de l'île de Chypre, qui ne tarda pas à leur être enlevée par les Turcs.

Tel est le sommaire de l'histoire cypriote, à laquelle il ne manque qu'un habile historien pour la rendre intéressante. On y trouverait, comme dans toutes les histoires du monde, le jeu des passions humaines, des traits de courage, des actions infâmes, et toutes les richesses de la politique, déployées pour la possession de l'île de Chypre, comme pour celle de la France.

{Hu 294} Le caractère du roi Jean II n'est point une fantaisie; d'après les recherches que j'ai faites dans les historiens qui parlent de lui, il était à peu prés ce que je l'ai peint.

Le connétable Kéfalein n'est pas nommé dans les historiens, mais il paraît que ce fut par l'impéritie d'un général que la Chypre fut conquise. — Du reste, si quelque critique prétendait que les caractères de Monestan, de l'évêque et de Kéfalein sont forcés, je consigne ici l'aveu que notre siècle en offre les originaux.

Celui de Michel l'Ange est le portrait exact d'un ministre des sourdes vengeances d'un prince qui s'est rendu célèbre dans nos annales, Charles-le-Mauvais.



NOTE DEUXIÈME.



Gaston II, dont les historiens ne parlent pas, car sa vie fut courte et remplie {Hu 295} d'exploits chevaleresques, était le fruit du premier mariage de René-le-Bon, comte de Provence.

Cette première femme mourut en mettant au monde Gaston, qui périt lui-méme à 23 ans.

Aussi René-le-Bon se remaria-t-il en secondes noces à l'héritière de la Lorraine. On rappelait le roi René, parce qu'il fut roi de Naples jusqu'en 1443, qu'il fut chassé de son royaume.

Son second fils, auquel il céda ses droits sur Naples, mourut, et ce fut son neveu qui lui succéda, comme comte de Provence, en 1472. — Ce dernier institua Louis XI son héritier. Ce fut alors que la Provence fut irrévocablement réunie à la couronne.

C'est Gaston, ce premier fils de René-le-Bon, dont il s'agit dans cette aventure.



{Hu 296} NOTE TROISIÈME.



Le Capeluche dont il est question dans cet ouvrage, est le fils du bourreau Capeluche, dont le nom est célèbre dans les querelles des Armagnacs et des Bourguignons.





FIN



CONCLUSION
ET DERNIER
 


Variantes


Notes