M. A. DE VIELLERGLÉ,
AUTEUR des DEUX HECTOR ET DE
CHARLES POINTEL
,
ET LORD R'HOONE.

L'HÉRITIÈRE
DE
BIRAGUE,
HISTOIRE TIRÉE DES MANUSCRITS DE DOM RAGO,
EX-PRIEUR DE BÉNÉDICTINS,
MISE AU JOUR PAR SES DEUX NEVEUX


A. de Viellerglé et lord R'Hoone / L'Héritière de Birague / Paris; Hubert Libr.; 1822

TOME QUATRIÈME.

CONCLUSION.

[{Hu 215}] MAINTENANT, lecteurs, il ne nous reste plus à apprendre que le sort des différens personnages que vous avez vus ûgurer dans cette histoire : nous suivrons l'ordre hiérarchique :

1° Le sénéchal de Bourgogne, devenu le Mathieu régnant n.° XLVII, mourut trois ans après le mariage de son fils et d'Aloïse, à la suite d'un grand repas que donnèrent les états de Bourgogne.

2° Son fils lui succéda sous le nom de Mathieu XLVIII, et il vécut heureux époux et père (ce qui est à noter.)

3° Aloïse accoucha, un an après la mort du sénéchal, d'un joli garçon, que Robert proclama le XLIXe Mathieu a; il était temps, {Hu 216} car Aloïse avait déjà fait trois filles, ce qui n'était jamais arrivé à aucune comtesse de Morvan depuis que le Morvan existait.

4° Montbard et Anna eurent un régiment de messires et de demoiselles, à la grande joie de Chanclos, qui sablait une pièce de vin à chaque naissance.

5° Le brave capitaine, devenu baron, devint si fier, qu'il eut cinq duels de suite. Au sixième, il reçut trois coups d'épée dans le corps, et, grâce au docteur Spatulin, il mourut au bout de deux jours de maladie.

6° De Vieille-Roche fut si touché de la mort de son ami, qu'il jura de renoncer au vin. Il tint si bien sa parole, qu'un soir, retournant à son castel, il se laissa choir de dessus son destrier, et roula dans un ruisseau de deux pieds de {Hu 217} profondeur, où il but tant d'eau, qu'il en mourut..... supplice affreux pour lui!....

7° Christophe et Marie se marièrent. Christophe prit alors du goût pour la belle littérature, et surtout pour la musique. On l'entendait souvent chanter des romances et des villanelles, entre autres une qui commençait ainsi :


Grâce à ma ménagère,
Je sois, comme mon père,
Heureux, content, cossu....

Christophe chantait juste... mais les mémoires originaux de Robert, dont il fût le continuateur, prouvent qu'il faisait souvent des fautes d'orthographe.

8° Enfin Robert, cette perle des intendans, poussa sa longue carrière jusqu'à l'âge de quatre-vingt-dix ans. Il ne quitta la vie qu'après avoir vu naître le futur {Hu 218} Mathieu XLIX et ses suppléans. Avant de rendre l'âme, il se fit apporter la fameuse quittance de quatre mille marcs, et la lut trois fois à haute et intelligible voix. Son dernier mot fut : Tout est bien en règle.

Lecteurs, j'ai dit.






FIN DU QUATRIÈME ET DERNIER VOLUME.



CHAPITRE VIII  


Variantes

  1. XLIX Morvan {Hu} (nous ajoutons l'indice ordinal qui s'impose)

Notes