anonyme [Aurore Dudevant]
MOLINARA.

Figaro, 3 mars 1831 (VIème année, N° 62)



Retour à la page principale Œuvres de G.S. sur ce site
Écrire à Henri.Sch@skynet.be





INTRODUCTION

Molinara a été écrite vers le 3 mars 1831 par Aurore Dudevant: « J'ai fait hier un article pour Mme Duvernet » (L.364 du 4 mars 1831 à Boucoiran, in Corr.I p.819); comme l'article a été publié le 3, on peut supposer qu'il a été écrit la veille au plus tard.

L'article semble avoir eu un certain succès: « Je me suis enfin décidée à écrire dans le Figaro, et je suis charmée que vous y soyez abonné, ce sera une manière de causer avec vous, surtout si M. Delatouche a souvent la bonne idée de me faire faire des articles comme celui de la Molinara, article dont le coeur a fait les frais plus que l'esprit. C'est dans son cabinet, à sa table, moitié avec lui, que j'ai écrit cette Idylle dont le bon public parisien [...] cherchait le mot avec d'incroyables efforts le lendemain. [...] [S]i vous les aviez vu [...] se donnant à tous les diables pour savoir quelle énigme leur cachait cette Molinara et ce polisson de moulin » (L.365 du 6 mars à Charles Duvernet, in Corr.I p.821-822).

La Molinaramolinara signifiant meunière — était le titre d'un opéra de 1788 composé par Paisiello, dont — soit dit en passant car cela n'a rien à voir avec notre sujet — Stendhal, qui l'avait entendu en décembre 1810, trouvait « la musique assommante par sa nullité », ce qui ne l'empêcha pas d'aller l'écouter à nouveau en janvier 1811 et d'en avoir même opinion: « décidemment une pauvre musique » (Journal in Œuvres intimes, éd. de V. del Litto; Gallimard, coll. de la Pléiade; pp. 650 et 654).

Nous donnons le texte du Figaro (3 mars 1831, VIème année, N° 62), avec indication de la pagination originale, sous la forme {p.x col.y} où 'x' est le numéro de page et 'y' le numéro de colonne.






{p.2 col.1} Jean-Jacques voulait une maison blanche avec des contrevents verts. Vous, vous ne tenez pas aux contrevents. Le vert de vos arbres, dites-vous, est préférable à celui qu'on achète chez l'épicier. A chacun sa fantaisie: la vôtre est d'avoir un moulin. Pourquoi un moulin? Un moulin, à cause de la rivière; la rivière à cause de la prairie; la prairie avec ses iris blancs et jaunes comme le martin-pêcheur qui cache son nid sous les feuilles longues. Voyez les bergeronnettes baignant leurs petits pieds avec des airs de prude; voilà les sveltes peupliers, les saules chevelus dont l'ombre s'allonge sur l'eau qui la saisit et l'emporte.

Et puis, les demoiselles transparentes ont des ailes d'or, des corsages déliés, et un voltigement flexible comme Taglioni 1. Vous estimez peut-être aussi la truite avec son vêtement semé de rubis, la perche avec sa robe de plomb tachetée de noir.

Vous bâtirez donc votre moulin au fond d'une province oubliée, dans un de ces départements que d'un trait de plume, l'homme-chiffre a mis en deuil. Vous voulez une vallée large et silencieuse, un ruisseau paisible et ignoré: la Creuse, l'Igneraie 2, peut-être; et au bas d'un côteau couvert de prés, au bout d'un chemin incliné qui vous forcerait de courir, vous {p.2 col.2} éleverez des murailles blanches qui bientôt se couvriront de pampres ou de rosiers. Là, vous rêverez chaque soir sur le petit pont que fait trembler l'eau grondeuse; vous regarderez tourner la roue qui bat la rivière et la disperse en mille franges d'argent. Il y a des pensées, des rapprochements dans cette rotation si persévérante, qui ramène successivement sous les yeux, comme autant d'accidents nouveaux, les mêmes dentelures, les mêmes rayons. Là, sont les vicissitudes de la vie, toutes les périodes que parcourt l'esprit pour revenir au point d'où il est parti. Civilisation des peuples, destin des conquérans, esprit des mœurs, caprices de la mode et du préjugé, ce sont des orbes circulaires qui tournent sur eux-mêmes. L'homme naît, grandit, travaille, pleure. Il a des passions, des facultés; puis encore un tour de roue, et le voilà retombé dans les misères de l'enfance.

Dans les choses politiques, ce mouvement de rotation vous irrite et vous fatigue. Bâtissez des moulins, vous avez raison. Imitez une femme d'esprit que nous connaissons, et qui a fait semblant de donner sa démission du monde en se faisant meunière. Le tic-tac régulier berce aussi doucement ses songes que les accens que Fioravanti 3 prêta jadis à la molinara napolitaine. Elle s'épanouit au rire des voisins, au vol de ses pigeons, à la vue de ses petites flottes de canards au duvet jaune. Comme elle, cultivez au bas de la chute d'eau, vers l'endroit où la rivière s'appaise, des fleurs qu'une poussière humide lancée par la roue couvrira d'une éternelle rosée. Rien qu'à voir la ménagère ronde et avenante, vous allez sentir redoubler votre vocation.Entrez dans une retraite si propre et si hospitalière. Aimez-vous le gâteau de ganat 4? Voulez-vous goûter à la fromentée 5 des tondailles 6? asseyez-vous devant elle, entre son fils et son mari qui vont quitter leurs chiffres. On est très bien entre l'encre et la farine; frà l'inchiostro e la farina, quoi qu'en puisse dire l'opéra-buffa. Fussiez-vous évêque, on vous donnerait ici l'envie de devenir meunier. Et là, Monseigneur, en regardant la petite croix de buis béni qui s'attache sur la porte poudreuse, à côté de la chouette écartelée, vous ne craindriez plus du moins d'irriter la vengeance du peuple.


Notes

  1. Taglioni: Il pourrait s'agir de Filippo Taglioni (°Milano, 1777 - †Como, 1871), célèbre danseur italien qui vint à Paris en 1827 avec sa fille Marie et créa pour celle-ci une dizaine de ballets. Ou bien de sa fille Marie (°Stockholm, 1804 - †Marseille, 1884), née la même année qu'Aurore, qui triompha à Paris et dans toute l'Europe. Le père et la fille demeurèrent à Paris jusqu'en 1837. Aurore a sans doute vu danser Marie au début de 1832; elle parle d'elle dans une lettre du 7 février à Émile Régnault: « [...] le corps souple de Taglioni » (L. 457 in Corr.II p.31); également dans une lettre du 22 février à sa mère: « Il [son fils Maurice] danse comme Taglioni » (L. 461 in Corr.II p.41). Bien qu'Aurore dise "Taglioni" et non "la Taglioni", elle parle bien de Marie. Le 12 mars — quelques jours donc après la parution de Molinara —, Marie Taglioni allait remporter un grand succès dans la création de La Sylphide, ballet réalisé par son père, sur un livret d'Adolphe Nourrit inspiré d'un conte de Charles Nodier, et sur une musique de Jean Schneitzhoeffer.
  2. L'Igneraie: affluent de l'Indre passant à Saint-Chartier, proche de Nohant.
  3. Valentin Fioravanti (°1770, Roma - †Capoua): compositeur italien d'opéras et de musique religieuse. Il fut formé à Rome, puis à Naples. Deux de ses opéras eurent un grand succès à Paris au début du XIXème siècle: la Cantatrice villane (joué à Paris en 1806) et I Virtuosi ambulanti (1807).
  4. gâteau de ganat: je n'ai rien trouvé là-dessus que les recettes du pain ganat et de la baguette ganat.
  5. fromentée: « Dans le Berry du XIXe siècle, George Sand mangeait encorede la fromentée dans sa petite maison de Gargilesse, bien que la trace de telles recettes ait disparu des écrits culinaires à partir du XVIIe siècle. » (Didier Clément, Certain goût d'enfance in Mémoires lactées; voir www.lemangeur-ocha.co). La fromentée est une bouillie lait et de froment; on trouvera une recette sur le site adelirose.free.fr.
  6. Tondailles: se dit pour tonte dans certains départements. — Fête, répas qui suivait la tonte (Pierre Larousse; Grand Dictionnaire Universel, t.15 p.228 col. 3, art. tondaille).